Insuffisance Cardiaque

Etude de cas

Données du patient

Données du patient

Age : 65 ans
Sexe : masculin
Taille : 1.81 m
Poids initial : 102.85 kg
BMI initial : 31.40 kg/m²


Antécédents médicaux / diagnostic

Antécédents médicaux / diagnostic

Un patient obèse de 65 ans souffre d’une insuffisance cardiaque traitée par des médicaments. L’insuffisance résulte d’un infarctus du myocarde lui-même engendré par une maladie cardiaque coronarienne. Avec un BMI de 31.40 kg/m², le patient se trouve dans la zone « obésité », ce qui constitue un facteur de risque. Réalisée au cours d’un examen de routine, la détermination de la composition corporelle vise à fournir des informations détaillées sur l’état général du patient.


Graphiques reprenant les valeurs mesurées

Graphiques reprenant les valeurs mesurées

Masse grasse

En examinant la masse grasse, on se rend compte que ces 25.90 kg représentent exactement 25 % du poids total du patient. Cette valeur se situe donc dans la normale statistique.

 

  • Masse grasse (FM) : 25.90 kg
  • Pourcentage de graisse (% FM) : 25.00 %
  • Indice de masse grasse (FMI) : 7.91 kg/m²

Graphiques reprenant les valeurs mesurées

Body Composition Chart (BCC)

Le BCC permet de comprendre pourquoi la masse grasse est faible en comparaison avec le BMI élevé. Le point de mesure se situant en dehors des valeurs statistiques normales, le taux de masse maigre augmente. Généralement, cela indique une augmentation de la masse musculaire.

Graphiques reprenant les valeurs mesurées

Analyse vectorielle de l’impédance bioélectrique (BIVA)

L’analyse vectorielle de l’impédance bioélectrique d’autre part, fournit des informations concernant la masse maigre élevée : dans le cas présent, cette augmentation n’est pas due à un accroissement de la masse musculaire mais bien à une rétention d’eau accrue. On peut arriver à cette conclusion en constatant que le point de mesure ne se situe pas dans la zone de masse cellulaire élevée. Ceci à son tour confirme le tableau clinique : insuffisance cardiaque associée à une rétention d’eau.

Angle de phase

Angle de phase

Pour terminer, l’angle de phase vient confirmer le diagnostic. Généralement, plus la masse musculaire est élevée et la masse grasse faible, plus l’angle de phase est élevé. Les oedèmes, pour leur part, entraînent également des valeurs d’angle de phase faibles.

Angle de phase φ : 4.1°

 


Résumé

Résumé

Le surpoids important est en particulier imputable à une rétention d’eau extracellulaire accrue provoquée par l’insuffisance cardiaque. Un traitement à l’aide de diurétiques peut par exemple aider à réduire la rétention d’eau. Le succès du traitement peut être surveillé au moyen d’un seca mBCA.

Le patient présente un BMI très élevé, qui résulte n’est dans le présent cas présent, non pas lié d’une masse grasse élevée, mais résulte d’une rétention d’eau extracellulaire élevée, conséquence de l’insuffisance cardiaque. La rétention d’eau doit être réduite.